Agrapole | De la jungle au lombricompostage…
17832
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-17832,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive
 

De la jungle au lombricompostage…

Agrapole abrite bien des surprises ! Peu de personnes sont au courant de ce qu’il se passe du côté du deuxième étage du bâtiment D… néanmoins l’initiative de Béatrice Balvay de l’Institut de l’élevage a bel et bien un impact aussi bien d’un point de vue environnemental qu’au niveau de la création de liens entre salariés des structures présentes à Agrapole. Le bureau de Béatrice ne passe pourtant pas inaperçu, celui-ci est bien fourni en terme de plantes et même… de singes (en peluches, qu’allez-vous imaginer !?) qu’elle-même qualifie de « jungle ». Son idée est née du fait qu’au moment de tailler ses plantes, Béatrice ne souhaitait pas jeter les déchets végétaux dans sa poubelle de bureau par souci écologique. Elle s’est alors renseignée sur l’installation d’un lombricomposteur.

De la théorie à la pratique

Le lombricompostage se définit comme la digestion des déchets organiques par nos amis les vers dans un lombricomposteur, permettant ainsi aux citadins de réduire et de valoriser leurs déchets de cuisine dans un petit espace tel qu’un appartement, une cave… mais là en l’occurrence il s’agit d’un bureau Agrapole voire même un étage ! Halte aux préjugés : le lombricompostage NE SENT PAS MAUVAIS contrairement au compostage traditionnel car ce sont les vers qui, grâce aux enzymes contenus dans leur intestin, décomposent les déchets en les digérant avec des mécanismes biologiques sans odeur.

Béatrice se caractérise comme amatrice en la matière étant autodidacte, ses connaissances trouvées sur internet ; cependant son expérience permet à chacun de se lancer le plus sereinement possible dans le lombricompostage. En effet Béatrice délivre une multitude d’astuces pour une pérennisation de votre petite installation car elle s’occupe de ses lombrics depuis maintenant plus d’une année.

Pour commencer, Béatrice tient à remercier Bertrand Desos, chef cuisinier à Prestal, de lui avoir gentiment fait don de seaux qui contenaient précédemment du sel. Pour créer son lombricomposteur, Béatrice s’est donc munie de 4 seaux que nous appellerons « bacs » :

  • Le 1er bac, bac réservoir, est destiné à récupérer le « jus » plus techniquement appelé « thé de compost ». Une fois récolté ce jus vous servira d’engrais pour vos plantes en le diluant avec un volume d’eau 10 fois supérieur.
  • Le 2ème bac, empilé sur le 1er, sera troué de façon à permettre au jus de descendre dans le 1er L’astuce de Béatrice : ajouter un filet pour éviter que les lombrics ne tombent dans le jus et se noient – ou alors, faire de tous petits trous pour éviter le problème. Au démarrage, ce bac accueillera pendant quelques jours (une semaine est recommandée) une poignée de vers ainsi que du journal humide. Une fois les lombrics acclimatés, vous pourrez commencer le compostage en nourrissant les vers de déchets végétaux.
  • Quand le 2ème bac est plein, vous pourrez en rajouter un 3ème de la même façon en n’oubliant pas de trouer ce dernier pour que les vers puissent monter se nourrir.
  • Quand le 3ème bac est plein et que les vers en redemandent… ajouter un 4ème bac pour accueillir vos déchets !
  • Quand ce dernier bac est plein, vous pouvez récolter le compost dans le bac du dessous (le 1er bac troué) et une fois vidé, le replacer au dessus.

 

Il est recommandé d’installer le lombricomposteur à l’abri de la lumière et de limiter les variations de température pour un fonctionnement optimal de votre installation. La durée d’un cycle est d’environ 3 à 6 mois pour récupérer le compost que vous pouvez ajouter comme engrais à la terre de vos pots ou jardinières. Le thé de compost se collecte régulièrement quand le bac réservoir se remplit (varie selon l’humidité des déchets apportés).

Pour le bon fonctionnement du système, il faudra par ailleurs ajouter quelques éléments aux déchets végétaux. Pour réguler la quantité d’azote par rapport au carbone et pour dessécher le compost, il est important d’intégrer 1/3 de papier ou carton (les boîtes à œufs fonctionnent bien) à vos déchets végétaux. Et pour réguler l’acidité, il faudra ajouter de la coquille d’œuf broyée à vos déchets.

Des lombrics vegan, tendance ?

Béatrice Balvay s’amuse à dire que les vers occupant son lombricomposteur sont vegan car ils se nourrissent d’épluchures de fruits ou légumes et de feuilles. Cependant, il faut éviter les agrumes et de donner une trop grande quantité de déchets d’un seul coup car ces éléments pourraient avoir une mauvaise répercussion sur la santé des vers – Béatrice en a fait l’expérience avec des épluchures de melon en trop grosse quantité… il a fallu tout reprendre son élevage.

Le lombricomposteur de Béatrice est utilisé par l’ensemble de ses collègues de l’IDELE,  il est donc saturé., Pour en profiter, la solution reste de prendre les choses en main et de se lancer dans l’aventure en créant votre propre système. Don’t panic ! Béatrice propose d’être fournisseuse officielle de lombrics pour vos futures installations ! (A la hauteur d’un bocal par mois environ, suffisant pour démarrer…) Et puis, si la qualité de bricoleur ne fait pas partie de vos compétences, les lombricomposteurs sont disponibles sur internet à petit prix.

Permettant de créer du lien entre les personnes, écolo et responsable, ce système est la solution pour avoir la côte auprès de vos collègues agrapoliens et de nourrir vos plantes en toute simplicité. Entre nous, s’il y avait un lombricomposteur par étage, cela permettrait de réduire considérablement les déchets ménagers.

Quelques astuces, par-ci, par-là…

Le compost est prêt à être utilisé comme engrais lorsque les vers sont absents du bac du bas
Votre lombricomposteur sent mauvais : il s’agit d’une alarme indiquant un incident d’élevage, attention à la santé de nos amis les vers !
Mélanger de temps en temps les bacs permettra de favoriser le bon processus de dégradation des déchets
Des mouches blanches apparaissent autour de votre lombricomposteur : trop d’acidité en vue, la solution est d’ajouter de la coquille d’œuf broyée !
Les vers de compost mangent près de leur propre poids par jour et ne dorment jamais, travaillant au service de la nature 24/24 ! Avec eux, la dégradation des déchets organiques est bien plus rapide qu’avec le compostage traditionnel, où les matières se décomposent sur une période de 6 à 12 mois.
X
X