Agrapole | Interview – Julien Lois
17189
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-17189,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive
 

Interview – Julien Lois

Julien Lois – Directeur de la CRESS

 

En 2018, Agrapole vise à réunir l’ensemble de ses locataires autour d’un événement sur le thème de l’économie sociale et solidaire. Afin d’en connaître davantage, découvrons avec le directeur la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS), Julien Lois, ce pan de l’économie et sa spécificité.

 

 

Julien Lois a accepté de répondre à quelques questions :

Qu’est-ce que l’économie sociale et solidaire (ESS) ?

 

Julien Lois : « L’ESS est une manière de créer et de faire fonctionner une entreprise. Les entreprises qui adoptent une ESS sont des entreprises collectives, c’est-à-dire qu’elles appartiennent à plusieurs personnes. Elles fonctionnent sur trois grands principes atypiques.

Le premier est leur mode de financement : plus de la moitié des bénéfices sont reversés à l’entreprise.

Le second est la démocratie au sein de la société : salariés, clients et fournisseurs ont leur mot à dire.

Enfin le troisième est de vouloir créer une entreprise dans un intérêt collectif, pour répondre à des besoins de personnes ou de territoires. Depuis 2014, si elles respectent ces valeurs, toutes les entreprises de tous les secteurs d’activité peuvent se revendiquer de l’économie sociale et solidaire. Ce sont des coopératives, des mutuelles, des associations ou encore des fondations. Si elles sont présentes dans tous les secteurs d’activité (tourisme, sport, banque, industrie, santé, social, assurance…), c’est néanmoins dans le milieu agricole qu’elles sont les plus dynamiques.« 

Qu’est-ce que la CRESS et quel est son rôle auprès des entreprises ESS ?

 

Julien Lois : « La CRESS est une association qui est chargée d’aider à la création et au développement d’entreprises relevant de l’ESS. C’est un porteur de projet. Elle mobilise tout un écosystème pour valoriser et faire connaître l’ESS. Un de ces rôles majeurs est de représenter l’ESS auprès des dispositifs publics, comme étant un outil de performance. La CRESS fédère les entreprises en fonction de leurs besoins. Elle les accompagne et les forme. Les entreprises de l’ESS, sont des formes d’entreprise innovantes, plus respectueuses des différentes parties de l’environnement humain (emploi) et environnemental. La CRESS veille à ce que les impacts des sociétés de l’ESS soient plus positifs que négatifs sur la société.« 

Comment évolue l’ESS ?

 

Julien Lois : « En Auvergne-Rhône-Alpes, il existe plus de 26 000 entreprises relevant de l’ESS et au moins 302 000 salariés. Depuis plus de 10 ans, la création d’emplois augmente de 4 à 5 % par an. Depuis la crise de 2010, beaucoup de porteurs de projet font le choix d’une entreprise sociale. Selon une étude, on a demandé à des jeunes quel modèle ils choisiraient s’ils devaient monter une entreprise, et 75 % ont répondu qu’ils créeraient une entreprise sociale. Nous sommes dans une phase de transition. Une mutation s’opère par rapport à ce que l’on appelle « l’ancien monde ». On voit de la part des gens, apparaître une volonté de transformer les rapports sociaux et économiques, notamment dans les secteurs de l’écologie : agroalimentaire, mobilité, énergie… Et pour cela ils s’appuient sur l’ESS. »

X
X