Agrapole | Un projet ambitieux de recherche-développement lié à la perméabilité des espaces agricoles
18648
post-template-default,single,single-post,postid-18648,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
 

Un projet ambitieux de recherche-développement lié à la perméabilité des espaces agricoles

Un projet ambitieux de recherche-développement lié à la perméabilité des espaces agricoles

En 2012, des études des paysages agricoles de Rhône-Alpes ont été menées pour l’élaboration du Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) par l’ISARA-Lyon et la Chambre Régionale d’Agriculture. Ces travaux ont montré que les espaces agricoles, y compris les grandes cultures souvent critiquées, peuvent fournir des abris et des ressources alimentaires pour de nombreuses espèces animales et végétales. Ces espaces sont à la fois des lieux de vie et de déplacements pour la faune et la flore. C’est ce qu’on appelle la « perméabilité » des espaces agricoles, très utile pour la préservation de la biodiversité. C’est ainsi qu’est né le projet de recherche-développement « Perméabilité des espaces agricoles », mobilisant les acteurs du territoire, en particulier les agriculteurs.

 

Objectif du projet

 

L’objectif de ce projet de recherche-action est d’une part de mieux connaître l’intérêt des espaces agricoles en matière de biodiversité à l’échelle régionale et à l’échelle locale, et d’autre part d’identifier des possibilités d’amélioration, en prenant en compte les besoins économiques et techniques et sociaux des territoires et de l’agriculture. Le projet est mené selon une approche participative de coproduction de savoirs et de co-construction de propositions entre scientifiques et acteurs des territoires.

 

La conduite du projet

 

Les territoires agricoles présentent une mosaïque d’assolements agricoles et d’autres éléments paysagers (arbres, zones enherbées etc.). Cette forte diversité et hétérogénéité paysagère est un atout pour la vie et les déplacements de nombreuses espèces. Elle est liée au travail des agriculteurs et des autres gestionnaires du territoire, mais aussi aux contextes locaux, et plus largement aux politiques agricoles, d’aménagement, et de gestion de la biodiversité.

Pour évaluer la perméabilité écologique des espaces agricoles, il est nécessaire de comprendre les choix, les contraintes et les actions des agriculteurs, ce qui constitue le maillon central de l’analyse. Sera également étudiée, la mosaïque des paysages agricoles, ainsi que la faune et la flore (oiseaux, insectes, plantes), tout en faisant le lien avec le contexte territorial et les politiques agricoles et d’aménagement. Ceci permettra, à l’échelle de petits territoires, de bien comprendre comment activités agricoles, aménagements de l’espace (remembrements, infrastructures routières) mais aussi d’autres facteurs agissent sur la biodiversité.

Les agriculteurs sont des acteurs incontournables de l’aménagement du territoire, et contribuent, par leurs pratiques et par leur travail, à la biodiversité et à la perméabilité écologique des espaces agricoles. C’est pourquoi l’implication des agriculteurs et la prise en compte de leurs connaissances et savoir-faire sont importantes.

Pour les agriculteurs, participer au projet peut se révéler intéressant à plusieurs titres comme par exemple une meilleure compréhension des liens entre agriculture, paysage et biodiversité. Ceux-ci pourront également exprimer leurs besoins et souhaits sur ces thématiques, mais aussi partager leurs connaissances sur le territoire et sur leur pratique de l’agriculture. Ce projet permettra un échanges entre le monde agricole et les acteurs de l’environnement ainsi qu’une participation à une dynamique locale sur la perméabilité écologique des espaces agricoles, depuis la définition des enjeux jusqu’à la proposition de mesures de gestion.

 

Les partenaires du projet

 

Plusieurs partenaires sont impliqués dans le projet :
– l’ISARA-Lyon (établissement d’enseignement supérieur et de recherche en agriculture, agro-alimentaire et environnement, chef de file du projet),
– des organisations agricoles (chambres départementales et régionale d’agriculture)
– des organisations environnementales (conservatoires botaniques, conservatoires des espaces naturels, ligue de protection des oiseaux, fédération Rhône-Alpes de protection de la nature).

Le projet est également conduit en étroite relation avec les collectivités de trois territoires porteurs de Contrats Verts et Bleus :
– le Syndicat mixte du SCOT du Grand Rovaltain (Drôme),
– le Syndicat mixte du Pays de Bièvre-Valloire(Isère),
– la Communauté d’agglomération Loire-Forez (Loire).

 



X
X